Journal de confinement - Semaine 6

17 avril

Marcher très longtemps

Avec la neige qui persiste

Libre

Dehors

Je suis en train de corriger pour la troisième fois le roman à paraitre de ma mère et chaque fois il me bouleverse car j’en comprends tellement plus sur elle et surtout j’ai encore plus envie de la prendre dans mes bras pour lui rappeler que tout est bien qui finit bien

18 avril

Après quelques journées de marche intensive

Le moral touche le ciel

À quel point le seul fait d’exister est bénéfique

L’extérieur libre

Je suis allée poster des livres aujourd’hui et ça m’a rendue heureuse même si un oiseau m’a chié dessus dans la file d’attente

C’est de la chance que ma mère a dit

O.K.

19 avril

Je

m’ennuie

de ma famille

de mes

amis

20 avril

Je ne sais pas si je suis hypocondriaque ou juste très anxieuse

Ce sont des phases

L’impression que je suis malade

Que j’ai une maladie auto-immune

Et inversement

Je ne comprends pas la peur incommensurable de certains

L’agoraphobie nouvellement partagée

Plus jamais ne faudrait-il sortir

Le confinement m’angoisse beaucoup plus

Ne plus pouvoir socialiser

Ne plus pouvoir s’éduquer

Ça m’étouffe d’angoisse

Je retourne m’autodiagnostiquer sur Internet

21 avril

Heureusement que mon cerveau a de quoi se nourrir

J’ai encore mille projets et pourtant la moitié de mon travail est en pause

C’est peut-être un bon signe que j’en faisais trop

Et je me vois tenter de monter de nouveaux projets

Calme toi la grande

Prends ça cool

Entre deux nuages de pluie j’espère sortir marcher mais ils se chevauchent et se rattrapent dans une course à la montre dont je serai inévitablement la perdante

22 avril

La journée s’annonce en merveilles parce que c’est le jour de la Terre et l’anniversaire de mon mari que j’aime tant

Déjeuner de rois en confinement

Il s’en fout un peu de fêter en confinement parce qu’il est pas le plus social mais il aurait quand même aimé quelques personnes de plus autour de la table

Il devra se contenter de nous

C’est pas si pire

C’est la faute de la Terre qui nous a mis en confinement comme en punition parce qu’on écoute pas les consignes et qu’elle a bien essayé les autres méthodes bienveillantes mais on n’écoutait pas quand même alors on a fini dans notre chambre

On n’a toujours pas compris la leçon alors on va rester encore un peu

Un dernier bonne fête autour d’un gâteau et d’un souper faussement en tête-à-tête parce que les enfants sont dans la pièce adjacente

23 avril

J’apprends à gérer mes émotions et ce n’est pas si facile car les émotions sont irrationnelles

Face à la critique

Je la reçois je la ressens je la vie je la pleure je la gronde je la secoue je la repose je la réfléchis je l’absorbe je la digère je la jardine je la cueille je l’inspire je l’expire

Recommencer jusqu’à ce qu’elle ne me transperce plus le coeur

Marcher longtemps jusqu’à se perdre les jambes dans la douleur de l’effort et garder la tête baissée pour ne pas écraser de fourmis

S’accrocher à la terre et aux arbres pour bouffer leur énergie et humer leurs fleurs de satisfaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *