Journal de confinement - Semaine 7

24 avril

Il parait que bientôt nous ne serons plus des illusions

Douces chimères confinées

Nous ne serons plus les bêtes fantastiques issues d’un imaginaire collectif

Ma soeur est une coquecigrue comme toujours

Ma mère est une sorcière et elle le restera car elle l’a toujours été

Mon père est un hypogriffe indomptable mais loyal

Je me plonge dans la socialisation virtuelle qu’on décriait jadis et qui est devenue notre panacée

25 avril

On devait lancer des livres aujourd’hui

Mais rien

Je n’ai pas voulu errer sur les réseaux sociaux pour en parler

J’ai préféré profiter du beau temps

J’y retourne

26 avril

Je m’obstine sur le déconfinement

Est-il pour bientôt ou pas en tout cas je l’espère je l’attends je l’anticipe

Qui dit anticiper dit craindre

Je le crains un peu mais pas pour les mêmes raisons que tout le monde

J’ai désappris à socialiser

J’ai peur de resocialiser

Journée morne

C’est ce moment du cycle féminin

Un deuxième cycle qui se termine en confinement

Heureusement que j’ai Harry Potter pour me sourire

27 avril

Je suis complètement désorganisée

Mon hyperactivité est revenue avec les annonces du gouvernement

Je veux tout faire en même temps et au final je ne fais rien car je commence une tâche et j’embarque sur une et une autre et une autre et une autre et je reviens à la première et je saute à la troisième et je reviens à la première car je me rend compte que je ne suis pas organisée mais finalement j’abandonne

Je pourrais mettre ça sur le dos de mon cycle

J’essaie de rationaliser ce qui se passe parce que j’aime pas être dramatique

Et puis je dois avouer que ma famille vit assez bien le confinement

On est encore plus proche qu’avant même si je dois avouer qu’on éteint beaucoup de feux mais je trouve ça normal des feux parce que parfois c’est moi qui les allume

Le Premier Ministre est pimpant

Moi aussi

28 avril

Je gère mon stress à coup de dehors de lecture d’écriture d’appels vidéos de jeux d’enfants de câlins d’enfants de gin tonic de discussions avec mari de niaiseries avec famille

Je me gère

Je me désorganise

Je lâche prise

J’ai fait du vélo pour la première fois depuis presque 10 ans et on a décidé de faire une longue randonnée jusque chez mes parents

J’ai mal à l’entrejambe

C’est dit

J’ai peu travaillé mais j’ai tellement apprécié ce moment en famille

On embellit notre famille chaque jour

Le soir il y a parfois des exorcismes d’enfants trop fatigués mais on essaie plutôt de se garder la belle journée en mémoire

29 avril

Dernière journée de beau temps avant la pluie

Je la passe enfermée dans mon sous-sol

Transformée en genre de troll irritable fatigué

J’ai le gout de rien faire

J’aurais dû rester dehors avec la famille

Jouer

Profiter du chaud

Je l’ai fait un peu

Un instant

Doux vent

Ça m’a fait du mieux

Ça et les bonbons

30 avril

J’ai encore passé la journée enfermée dans mon cocon de travail un peu seule un peu avec les enfants mais aussi dans ma bulle

Le déconfinement

Mon cerveau l’entend autrement

Il entend surcharge

Même si pas tant

Le confinement

C’est l’illusion du temps

L’atemporalité

Tout au ralenti

J’avance à mon rythme

Parfois vite parfois lentement

Comme dans les vagues de la mer

Parfois on plonge parfois on se berce

Et on m’appelle au large

Encore une minute

Ou plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *