Avec le recul, ceux qui ont vécu les années de turbulence politique entre 1963 et 1970, qui se sont soldées par les kidnappings du FLQ, ont tendance à les évoquer avec nostalgie. Les felquistes sont présentés tels des héros révolutionnaires habités par leur idéal de la libération du peuple.

Article du Journal de Montréal. 3 octobre 2020.

Lire l’article

 « Nous n’étions pas des révolutionnaires, mais des terroristes »

Louise lanctôt à Denise Bombardier. journal de montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *