Journal de confinement - Semaine 3

27 mars

Journée spécialement irritante

Tout le monde est irritable depuis hier soir quand l’heure du coucher a été plus difficile et qu’on leur a juré de ne plus leur permettre d’écouter l’heure du conte des princesses parce qu’on des ce genre de parents et qu’on ne s’en cache pas jetez la première pierre

Ce matin petit bébé pleure tout le temps et petite fille aussi pleure crie et brise tout parce qu’elle est comme ça quand elle est fâchée et on doit lui apprendre à trouver de meilleures solutions quand elle vit ce genre d’émotions mais en ce moment on est tous stressés alors on oublie nos bonnes résolutions

Gin tonic et chips

Et des carottes pour garder bonne conscience

28 mars

Isolement obligatoire jour 3

Je peux sortir pour aller passer le test ce qui est pas pire pantoute mais en même temps un peu triste même si tout le monde est gentil et que je le trouve drôle le gardien de sécurité qui me tend un masque avec une perche et que j’en profite pour passer devant la maison de ma mère pour la saluer moi dans l’auto elle dans sa maison les fenêtres fermées mais le téléphone sur haut-parleurs

Journée en montagne russe avec un cerveau qui bouillonne et qui voudrait s’activer plus mais qui ne peut pas vraiment en faire plus alors quoi

Je stresse

Mon coeur bat vite

Je refoule des larmes

Ça va bien aller

Ma journée oscille entre le calme et la peur

Je me bats contre mes émotions pour tenter de les rationaliser

J’ai mangé deux desserts

29 mars

Petite petite nuit

Insomnie

Guerre et paix avec petit bébé qui encore me fait subir la dictature de la position de sommeil imposée qui me fait tellement mal aux bras et aux épaules que je décide de réaliser un coup d’état qui durera plusieurs minutes peut-être une heure à refuser qu’elle se blottisse dans mes bras mais plutôt qu’elle se couche à côté de moi ce qui est quand même pas pire

Tremblement de terre

Je me sens au front

À peine dramatique

La guerre est finie et elle se blottie le visage sur ma main ce qui est moins pire mais au final elle gagne quand même un peu car je ne peux pas bouger

Même si je suis très fatiguée je suis fonctionnelle et c’est pas de trop parce que mon amour est un peu déprimé aujourd’hui et je devrai tenir le fort

C’est ce qui fait notre force

Notre capacité à prendre le relai quand l’autre est à terre

On est à la guerre

À peine dramatique

30 mars

J’ai un cerveau hyperactif

Je me suis couchée avec le cerveau bouillonnant d’idées et dans ce temps-là je n’ai pas le choix de les écrire sinon mes yeux ne s’apaiseront pas et le lendemain j’aurai tout oublié

Paul Arcand avec un croissant et un capuccino

Snob jusque dans mon confinement

J’avoue que j’ai encore pleuré un peu ce matin tout doucement en cachette sans que ça ne paraisse parce que j’ai envie d’enseigner de nouveau et que les gens disent que ça n’arrivera surement pas cette année et ça m’attriste et je me sens mal d’être triste parce que ceux qui travaillent en ce moment envient certainement ma position alors je pleure sans que ça ne paraisse

Pour ne pas déranger

31 mars

J’ai mal à la tête

Comme un coup de marteau

J’en ai profité pour ne pas trop en faire

Je remarque qu’au-delà du stress constant de cette situation j’ai enfin la chance de terminer mes projets et de m’aventurer dans de nouveaux projets

Mes journées sont une succession de projets

Plein de projets

Et beaucoup de ralentissement

Première fois depuis les six derniers mois que je ne suis pas malade

Ça fait du bien à l’âme

1er avril

J’ai oublié d’écrire aujourd’hui

C’est peut-être parce que je vais mieux

Parce qu’écrire et dessiner apaisent mes larmes

Même si ce matin j’ai éclaté en sanglots et que je n’étais plus capable de m’arrêter après avoir entendu Julie de la radio lire une lettre qui parlait de sa mère qu’elle ne peut plus visiter et que je me suis retrouvée un peu dans ce message et que moi aussi je m’ennuie de ma mère

Je m’ennuie d’aller chez elle le plus souvent possible

Déranger la routine matinale en parlant trop pour que mon père écoute les nouvelles parce que je suis verbomotrice et que je ne suis pas capable d’arrêter de parler et que ma mère aussi

Mais je vais bien aujourd’hui parce que je me sais privilégiée et j’ai pas envie de me plaindre

2 avril

Ça fait trois semaines

J’ai eu de la difficulté à me lever ce matin

Corps amorphe

Je ne sais pas trop pourquoi

J’ai la gorge qui pique et dès que j’ai un petit symptôme de rhume je m’imagine que j’ai le Covid et que je vais finir à l’hôpital aux soins intensifs

Toujours aussi dramatique

Mon souffle se fatigue ou s’angoisse peut-être

Il se cherche et se trouve toujours au même endroit

Confiné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *