Journal de confinement - Semaine 1

13 mars

Les informations déferlent

Les informations s’entremêlent

Que va-t-il se passer?

Une épicerie pour la semaine

Mais eux, c’est une épicerie pour l’année

C’est bondé de monde

Mon fils à mes jambes ont attend

Mal en patience

La garderie est fermée

Le travail de mon mari aussi

Tranquillement

Tout ferme

Restons chez nous

Aplanir

La courbe

14 mars

Une dernière porte de sortie

Rire une dernière fois

S’il-vous-plait

Juste une dernière fois

Je n’aurais peut-être pas dû

Je n’aurais pas dû

Impulsion

Une matinée en suspens dans une odeur sucrée d’érable et de jambon

Une matinée en suspens à socialiser et rire

Une boule dans la gorge à se demander

Suis-je irresponsable?

Ai-je le droit?

Je ne le sais pas encore

Mais c’était bon

De manger du sirop d’érable

15 mars

Incapable d’apprécier de rester à la maison

Je fais des plans, des listes

Je m’organise du travail

J’ai tant de travail à rattraper

Je n’ai plus de travail

16 mars

Comme deux mains qui

Me serre le coeur

Juste respirer

Juste

Un

Souffle

17 mars

Je lis, regarde, analyse, questionne, observe, réfléchis, analyse, lis, questionne

Je m’inquiète

Je lis, regarde, analyse, questionne

Je m’inquiète

Je lis, analyse, questionne

Je m’inquiète

Je questionne

Je m’inquiète

Je dors

Je recommence

18 mars

J’ai mal dormi cette nuit

J’ai réfléchi à ma planification et à mes cours et à tout ce qui n’est plus

Selon plusieurs l’école est finie pour l’année c’est fini je ne les reverrai plus je ne mettrai pas à terme mes projets mes idées ma créativité est en pause

Je fais le deuil tranquillement

Je lis les théories du complot pour me rassurer sur ma propre santé mentale au moins je vais bien mais ma curiosité malsaine aime les lire

Je fais le deuil

J’ai mal à l’oreille encore encore et je veux un rendez-vous avant que les médecins n’aient plus le temps

Je pleure

Je transforme ma peur en énergie positive et je travaille travaille parce que la vie continue et que je ne peux pas me morfondre sur mon sors avec mes enfants qui ont besoin de mon sourire pour sourire

Je calme mon anxiété pour mieux enlacer mon amour qui ne peut endurer de ne pas courir bouger jouer et s’entrainer

Il veut juste bouger dehors

Il ne peut pas

Je l’enlace

19 mars

La courbe est en mouvement parce que je me sens moins stressée aujourd’hui un peu plus active, calme, heureuse et prête à affronter une horde de trois enfants qui semblent ressentir mon calme et l’absorber pour eux aussi faire preuve d’un peu de souplesse dans leurs exigences d’enfants qui ont tout tout cuit dans le bec, mais il ne faut pas leur en vouloir

Et après avoir travaillé un peu, j’ai lu

J’ai presque pas lu les nouvelles aujourd’hui, je me distancie, c’est peut-être ce qui m’aide, mais je vais sombrer d’ici ce soir, je le sais, je ne peux pas faire autrement

Rafale de bonheurs: les livres, les enfants qui m’écoutent, des tacos au tofu, un vrai bon cidre québécois entre deux guimauves, dormir, la planète qui se nettoie, avancer mes projets sans le stress de la date limite, avancer mes projets qui stagnaient parce que je n’avais pas le temps

Finalement, c’est un congé forcé qui me permet enfin de reprendre le rythme et de reprendre le dessus, c’est pour ça que je suis plus heureuse et moins stressée aussi

La courbe s’aplatit dans mon corps qui se libère et s’allège


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *