Si vous utilisez WordPress et que vous avez accès à l’extension YOAST, vous avez certainement vu qu’en plus de vous aider à améliorer votre référencement (SEO), il vous permet d’améliorer la lisibilité de vos articles. Mais c’est quoi, au juste, la lisibilité?

Ce n’est certainement pas un concept nouveau, les rédacteurs web en parlent depuis bien longtemps. Grosso modo, la lisibilité, c’est d’adapter votre texte au lecteur web. Vous savez, ce lecteur qui parcourt d’abord votre texte en ne lisant que les sous-titres et qui se fie aux premières phrases des paragraphes pour savoir si la lecture en vaut la peine. Bref, nous tous!

Mais la lisibilité, ce n’est pas si compliqué que ça.

Et surtout, ça ne devrait pas faire partie de votre révision, mais bien de votre planification et de votre rédaction. Si vous passez du temps à réviser votre texte afin d’avoir le petit bonhomme vert, c’est que vous devriez changer votre façon de rédiger.

Et parce que j’ai envie de vous simplifier la vie, je vous accompagne dans ce changement en vous donnant quelques conseils.

1. Planifiez votre texte

En planifiant votre texte, vous vous donnez la chance de réfléchir aux sections de votre texte. Pensez aux sous-titres. Ils doivent être accrocheurs et donner envie de lire le paragraphe qui suit. Il doit donner un indice. Autant j’adore la poésie, autant je ne conseille pas les sous-titres poétiques qui ne donnent aucun indice. Allez, titillez votre lecteur!

2. Faites ça court

Des phrases courtes, des paragraphes courts, des sections courtes. Deux raisons: vous simplifiez la lecture, vous vous évitez des erreurs de grammaire, de structure et d’organisation. Les phrases longues, je ne le répéterai jamais assez, c’est un piège à fautes. Vos accords se perdent, votre conjugaison se trompe et votre message se cache. Avec de belles phrases courtes et simples, vous vous évitez bien du travail de révision.

Pour les paragraphes, pensez à les regrouper par idée. Un paragraphe = 1 idée. Et de même pour les sections: une section, une idée. Ça simplifie la lecture et ça organise votre texte.

3. Simplifiez votre discours

Des phrases complexes qui n’en finissent plus, c’est pas super. Plus précisément, YOAST semble avoir en horreur les «phrases passives». Les quoi? Ces phrases dont le sujet devient complément et le complément devient sujet. Ok, je vous perds.

Voici un exemple :

Le Musée d’Art Contemporain sera prochainement rénové. [voix passive]

La ville rénovera prochainement le Musée d’Art Contemporain. [voix active]

La première phrase est passive. Les indices: 1) le verbe rénover est conjugué avec le verbe être: sera rénové; 2) on pourrait ajouter «par X (ici, la ville)»; 3) on peut aussi dire que le sujet Le Musée d’Art Contemporain subit l’action, plutôt que la réalise.

4. Ajoutez des liens

D’abord, Mais, Et, Ensuite… liez vos phrases et votre paragraphes. Ne le faites pas juste pour YOAST, faites-le pour votre lecteur. Les marqueurs de relations ne sont pas seulement là pour faire «académique», ils permettent au lecteur de comprendre votre analyse et de suivre votre logique.

5. Faites-vous confiance

Mais surtout, comme dans tout, faites-vous confiance. Respectez votre style. Si votre article est poétique, avec de longues phrases, aucun sous-titre, mais qu’il est exactement ce que vous souhaitez qu’il soit. Allez-y! Le meilleur indicateur restera toujours la réponse de vos lecteurs. YOAST reste un robot qui suit certaines règles et qui n’est pas le plus adapté à la langue française, de toute façon.

Bonne rédaction!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *